La technologie illimitée

Une jeune femme se rend à un rendez-vous romantique. Elle commande un verre, salue son partenaire et entreprend une conversation. Jusqu’à présent, tout semble normal. À un détail près : tous les protagonistes de la scène sont régis par un appareil implanté dans leur cerveau.

Ce dernier analyse la situation en temps réel et indique à l’individu de quelle façon il devrait agir, ou s’exprimer. Et ce avec une précision désarmante. On assiste ainsi à une scène d’un rare cynisme. Toute spontanéité a disparu, les gestes et les échanges deviennent inlassablement froids et mécaniques. Ce qui saute aux yeux également, c’est la métamorphose des êtres humains en véritables Siri incarnés. Dépassés, écrasés par cette connaissance illimitée qu’ils détiennent. Désormais, ils perdent toute intelligence émotionnelle et ne saisissent plus l’essence subtile des interactions.

Cela ne constitue pas une description plutôt étayée des agissements de Sims quelconques. Non. Car même ceux-ci paraissent plus humains. Il s’agit plutôt d’un court vidéo conçu par TEDx Melbourne, dans le cadre d’un forum axé sur l’avenir complexe et controversé de la technologie.

Une robotisation de l’humanité ?

On peut effectivement penser que sa démocratisation constante, sa prolifération téméraire, tendent inévitablement vers une robotisation de l’humanité, soit le monde lugubre décrit plus haut. Les avancées technologiques ne relèveraient pas du progrès en tant que tel puisqu’elles mettent en danger notre intégrité. Et puis, de toute façon, nous serons tous remplacés par des machines. Cette généralisation que l’on entend bien souvent est à nuancer. La technologie se construit autour de l’être humain, selon ses besoins, et elle n’a pas particulièrement vocation à l’anéantir. Or, la course frénétique vers de nouvelles inventions se fait parfois au détriment des usagers.

Doit-on suivre l’exemple des GAFA ?

On peut penser à Google et Amazon. Épinglés récemment par la presse pour avoir transmis des segments d’échanges privés entre leurs clients et l’assistant personnel (Google Home, Alexa…) de ces derniers à des analystes du langage. Et ce, dans l’optique de perfectionner le fonctionnement de l’intelligence artificielle. S’il est avéré que diverses instances s’efforcent de nous connaître mieux que nous-mêmes en recueillant ainsi nos données personnelles, la technologie demeure plus qu’une force maléfique digne d’une dystopie orwellienne. Elle permet d’accéder à un tout autre niveau de compréhension du quotidien, facilitant la création, libérant l’imaginaire et ouvrant bien des choses vers un nouvel horizon interactif et palpitant.

La réalité augmentée ne cesse de se réinventer.

Il ne suffit que de jeter un œil à l’actualité pour s’en rendre compte : Google développe un outil de navigation qui se superpose directement au paysage, et Instagram permettra de créer ses propres filtres et effets.

Continuons donc à avancer, doucement mais sûrement.

Write A Comment